SudCt31

Solidaires Unitaires Démocratiques

Accueil > Luttes actualités > Manifeste des professionnel.les du travail social et médico-social

mardi 23 novembre 2021
Facebook Twitter Google+ Partager :  

Pour un Travail Social et Médico-Social émancipateur qui redonne du pouvoir d’agir qui d’agir aux populations !

NOUS, éducateur·rices, assistant·es sociaux·les, conseiller·es ESF, puéricultrices, infirmier·es, psychologues, secrétaires médico-sociales, sage-femmes et médecins de PMI, TISF, assistant·es familiaux·les, animateur·rices…
exerçant nos missions de service public dans les services sociaux et médico-sociaux des Conseils Départementaux, CCAS, établissements… constatons une modification profonde de nos pratiques professionnelles de travailleurs·ses sociaux·iales.

Cela engendre une perte massive des valeurs du service rendu majoritairement aux populations les plus pauvres et vulnérables : solidarité, accompagnement désintéressé et émancipateur, écoute.

SOMMAIRE :

P. 3 Le travail social et médico-social malmené par le même système qui génère la misère et l’exclusion
P. 4 Des logiques comptables qui s’appuient sur un management vertical et brutal
P. 5 L’autonomie professionnelle, outil indispensable du travail social et médico-social, remise cause ...
P. 6 Un management basé sur le contrôle d’activité qui détruit le lien de confiance...
P. 7 Le télétravail social n’est pas du travail social !
P. 8 Les politiques d’austérité font du social une variable d’ajustement
P. 10 Les effets de nos conditions de travail sur notre santé de plus en plus insupportables
P. 11 Quand le désengagement des politiques rime avec invisibilité de la précarité, de la pauvreté
P. 13 Pour accomplir nos missions de travail social et médico-social en service public...
P. 14 ....et faire respecter nos conditions de travail
P. 15 L’enjeu est majeur et il y a urgence !!

Pour que nos exigences soient prise en compte, il est nécessaire de ...

... nous redonner, à nous aussi, du pouvoir d’agir... en nous réappropriant nos métiers, fondamentaux, pratiques, confisqués par ces gestionnaires technocrates...
Ils et elles sont illégitimes !

Nous, nous sommes légitimes car garant·es des fondements construits au fil de l’histoire de nos professions et expert·es de la pratique de nos métiers.

Il nous faut nous émanciper des ordres, des consignes contraires à l’intérêt des populations...
Il nous faut redevenir maitre de notre temps, reconquérir notre autonomie professionnelle, indispensable au travail de relation avec les personnes pour créer et construire avec elles les leviers de leur émancipation.

Partout, dans tous les collectifs de travail, les services, il est nécessaire de nous organiser pour reprendre le contrôle !
Réunissons nous... Concertons-nous... pour reprendre notre pouvoir d’agir !